Collège Sainte-Véronique Liège

Mis à jour le 03-07-2014 par Isabelle Marx.

Journal de bord de l'e-book consacré au Mémorial de Breendonk

9 janvier 2013 : Première réunion du comité de pilotage (pour les professeurs)

Nous rencontrons les différents partenaires et découvrons le projet auquel nous nous engageons.

C’est décidé, nous travaillerons avec des IPads mini afin de créer des e-books consacrés à différents lieux de mémoire en rapport avec le système concentrationnaire et d’extermination nazi, en Belgique ou ailleurs. Notre choix se porte sur le Mémorial de Breendonk que notre école visite chaque année avec ses étudiants de 5ème.

21 janvier 2013 : Présentation du projet aux étudiants

Les démarches à effectuer pour réaliser l’e-book entrent parfaitement dans le programme du cours de français sup’ et communication. Nous exposons donc le projet aux 17 élèves qui suivent le cours de 5ème année. Il suscite d’emblée leur intérêt.

8 février 2013 : Premier contact avec M. Van der Wilt

Nous envoyons un mail au conservateur du Mémorial de Breendonk afin de lui exposer notre projet et solliciter son aide. Sa réponse est immédiate et enthousiaste. Il nous autorise à prendre toutes les photos et vidéos que nous souhaitons, accepte de nous mettre en contact avec l’un des derniers témoins, nous recommande quelques ouvrages historiques de référence… Son concours nous sera précieux !

13 février 2013 : Bonne nouvelle !

M. Van der Wilt a réussi à mettre au point une rencontre avec M. Coekelbergs, Celui-ci a été détenu au Fort de Breendonk pendant la Deuxième Guerre mondiale et a été pendant plusieurs années Président du Mémorial. Nous sommes conscients de notre chance, car il reste désormais peu de témoins à interroger. Rendez-vous est pris pour le 5 mars.

15 février 2013 : Réception des documents commandés

Sur les conseils de M. Van der Wilt, nous avons commandé deux ouvrages de références auprès de « Démocratie ou Barbarie ». Nous recevons plusieurs exemplaires de chacun des titres, le travail par groupe pourra s’appuyer sur des bases solides.

18 février 2013 : Répartition des tâches

Les élèves parcourent les ouvrages reçus afin de prendre mieux connaissance de leur sujet.

Nous disposerons de 4 tablettes, il nous semble dès lors logique de constituer 4 groupes de travail. Un premier canevas est ébauché. Les idées commencent à fuser.

20 février 2013 : Deuxième comité de pilotage (pour les professeurs)

Les différents lieux qui seront présentés sont définis.

Nous tombons d’accord pour créer deux e-books par école.

Suite à la discussion, nous adaptons notre premier canevas afin qu’il entre dans le schéma général.

21 février 2013 : Information sur la critique historique

Le système concentrationnaire et d’extermination nazi est un thème délicat à traiter. Il est dès lors nécessaire de travailler de manière rigoureuse. M. Lonneux, professeur d’histoire, donne une leçon sur la critique historique, l’importance de trouver des sources fiables et de les mentionner clairement. Il aborde également la manière d’interroger un témoin. Les élèves sont très attentifs, leur travail d’historiens débute dans quelques jours.

Document outil: la note bibliographique.pdf 

25 février : Travaux de groupes

Après quelques informations techniques sur l’utilisation d’une tablette, les élèves établissent leur calendrier de travail. Ils ne se rendront pas tous à Breendonk en même temps, car le nombre d’élèves est trop élevé en 5ème année. 3 visites sont donc organisées. C’est une chance pour nous, car le travail pourra être complété au fur et à mesure.

Document outil : 146_utilisation-du-materiel.pdf 

26 février 2013 : Première visite au Mémorial de Breendonk

Notre école organise chaque année une journée au Mémorial de Breendonk et au musée juif de la déportation à Malines. Celle-ci fait partie intégrante de l’éducation à la citoyenneté que nous souhaitons donner à nos élèves. Notre projet est soutenu par la Fondation Paul Brusson, dont certains membres nous accompagnent.

Plusieurs élèves participant au projet font partie de ce premier groupe.

Munis de tablettes, smartphones et autres appareils photos, ils suivent les visites guidées, prennent des photos, des vidéos, interrogent leurs condisciples et professeurs.

4 mars 2013 : Travaux de groupes

Les élèves qui ont effectué la première visite font part de ce qu’ils ont vu et de leurs impressions. Sur base des premiers documents collectés, chaque groupe élabore la suite de son programme.

5 mars 2013 : Deuxième visite au Mémorial de Breendonk

C’est le grand jour, Quatre élèves vont rencontrer un témoin. L’interview a été préparée minutieusement, les questions ont été réfléchies, la tension monte. Monsieur Coekelbergs répond volontiers aux questions des élèves, il leur explique à quel point le passage de mémoire est important et à quel point le rôle des jeunes générations est primordial. Cette heure passée en sa compagnie reste un grand moment pour ceux qui étaient présents.

Le même jour, nous avons également eu l’occasion de rencontrer M. Van der Wilt. Il a évoqué son travail de conservateur, nous a donné de nouveaux documents (dont un dossier pédagogique très bien documenté) et a répété qu’il nous soutenait dans notre projet et restait à notre disposition. Nous ne manquerons pas de le recontacter.

11 mars 2013 : Travaux de groupes

La matière première (photos, vidéos, témoignages, livres…) est de plus en plus importante. Le vrai travail maintenant consiste à opérer un tri et à rédiger les textes qui accompagneront l’e-book. Un travail de longue haleine commence…

12 mars 2013 : Troisième visite au Mémorial de Breendonk… annulée

La neige a surpris tout le monde en tombant en quantité, il n’était dès lors pas possible de prendre la route et la visite a dû être annulée. Les élèves qui devaient y participer sont franchement déçus. Heureusement, nous avons suffisamment de documents pour avancer.

25 mars : Travaux de groupe

La phase préparatoire de l’e-book se clôture petit à petit. Les photos et vidéos sont choisies, les textes rédigés, les témoignages sélectionnés… Nous laissons le projet en suspens pour un temps, car d’autres matières doivent être abordées au cours. Nous attendons également la formation à la réalisation d’e-books.

22 mai 2013 : Troisième comité de pilotage (pour les professeurs)

Nous suivons une formation à l’utilisation d'« iBooks Author », le programme qui nous permettra de réaliser notre e-book. Finalement, ce n’est pas si compliqué !

Nous progressons également dans la mise en place du projet dans les différentes écoles. C’est toujours très intéressant d’entendre ce que chacun envisage de faire.

Le site du projet nous est également présenté. Il nous est désormais possible de partager nos expériences, impressions…

23 mai 2013 : Dernière activité avant les examens

La fin de l’année scolaire approchant à grands pas, nous décidons de remettre la confection finale de l’e-book au mois de septembre. En attendant, chaque élève est invité à s’inscrire sur le site web et à partager ses impressions dans le forum dédié à cet effet. Nous espérons que des échanges vont se créer entre les élèves des différentes écoles partenaires, avec les experts…

octobre 2013: Préparation de l'e-book

En classe, nous parcourons les différents documents que nous allons utiliser dans la rédaction finale de notre projet. 

Avec le recul, nous pouvons mieux choisir les photos et vidéos à conserver. Nous complétons également les textes sur base des livres dont nous disposons.

février 2014-mai 2014: Composition de l'e-book

Nous sommes aidés par INFOREF dans la réalisation de l'e-book. 

Plusieurs rendez-vous sont nécessaires pour définir le découpage des parties, la disposition du texte et des documents (photos, vidéos, galeries, questionnaire...). Nous nous rendons compte, au fur et à mesure de la composition de l'e-book, que certaines informations doivent être précisées et nous écrivons de nouveaux textes. 

Les experts de "Démocratie ou barbarie" relisent notre version finale et nous suggèrent quelques modifications. Pour être certains de la validité historique du travail fourni, nous demandons également au conservateur du Mémorial de Breendonk (Olivier Van der Wilt) de relire l'ensemble. Une fois toutes les remarques prises en compte, nous pouvons décider que le travail est terminé.

16 mai: présentation en avant-première lors de la fête de l'école

Nous présentons notre e-book aux parents, élèves et amis qui le souhaitent. Tout au long de la soirée, par groupes de deux, nous organisons des séances de projection au cours desquelles nous commentons le projet. Pendant ce temps, il est possible de consulter l'e-book sur les IPads. Nous répondons également aux questions qui nous sont posées. Plusieurs personnes nous félicitent pour le travail fourni. Il est vrai que la réalisation finale est du plus bel effet.

23 mai 2014: séance de présentation officielle des e-books

Pour ce grand moment, nous avons invité quelques personnes qui nous ont accompagnés dans notre cheminement: notre direction, les professeurs qui nous ont accompagnés à Breendonk, nos professeurs d'histoire, mais aussi Monsieur Van der Wilt. Deux élèves résument l'esprit de notre e-book et en font une courte démonstration. Après la séance officielle, deux autres élèves passent parmi les invités pour leur permettre de "feuilleter" le document sur les IPads. 

Une manière de bien conclure un projet qui a occupé plusieurs mois de notre vie et que nous ne sommes pas près d'oublier.

Journal de bord de l'e-book consacré à la communauté religieuse de Roclenge (rédigé par Sara)

Oriane et moi-même sommes étudiantes en rhétorique au collège Sainte-Véronique de Liège. Dans le cadre de notre travail de fin d’études, nous avons choisi un sujet qui nous tenait particulièrement à cœur pour des motifs très différents. Voici les grandes lignes de notre parcours et de nos recherches sur les Justes parmi les Nations.

27 septembre 2014 :

Notre aventure commence. J’avais un vague souvenir d’une histoire que m’avait racontée, il y a des années d’ici, Sœur Anne-Marie (une sœur de mon ancienne école primaire) concernant des enfants juifs qui, durant la guerre, avaient été cachés dans ce même établissement scolaire à Roclenge-sur-Geer. Prises de curiosité, et comme nous cherchions une personne capable de nous fournir son témoignage, Oriane et moi avons décidé de contacter Sœur Anne-Marie. C’est ainsi que nous nous sommes mises d’accord sur une date pour une première rencontre.

6 octobre 2014 :

Premier rendez-vous avec Sœur Anne-Marie. Elle nousaaccueilliesàTrois-Ponts dansson couvent. Cette dernière nous a livré son témoignage avec beaucoup d’émotion. Cependant, Sœur Anne-Marie nous a expliqué que la communauté de religieuse n’avait pas été reconnue comme Juste parmi les Nations. C’est ainsi que nous avons décidé de contacter l’Ambassade d’Israël nous-mêmes.

18 octobre 2014 :

Je me suis rendueàlaHalleauxViandes, à Liège, pour laconférencedu Professeur Marcel Friedman, un enfant caché durant la Seconde Guerre mondiale. Il a expliqué, tout au long de la séance, les traumatismes psychologiques rencontrés après la guerre par ces enfants cachés. Ses thèses qui étaient très intéressantes, ont fait l’objet d’une partie de notre travail.

23 octobre 2014 :

Nous sommes alléesau Territoires de la mémoirepourconsulterleslivresdelamédiathèque au sujetdesJustes. Nos recherches de documentation se sont en grande partie déroulées là.

4 novembre 2014 :

Notre premier rendez-vous avec notre promotrice s’estdérouléàl’école. Nousavons montré la documentation que nous avions trouvée. Elle nous a donné des pistes pour structurer notre travail ainsi que pour le rendre actuel.

13 novembre 2014 :

Nous voiciau 2ème rendez-vous aux Territoires de la mémoire. Nosrecherchesse poursuivent etdeviennent de plusenplus spécifiques.

28 décembre 2014 :

Nous nous rendons ausecondrendez-vousavecnotre promotrice etnouslui fournissons ce que nous avonsproduitjusque-là.

18 janvier 2014 :

Nous décidonsd’écrire à l'ambassade de Jérusalem. Jerédige donc une lettre en anglais que je fais corriger par un professeur londonien. Nous l’envoyons ensuite à la représentante d’Israël à Bruxelles (Hélène Potezman) qui l’a fait directement parvenir à Irena Steinfeldt, Ambassadrice du mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Nous apprenons ainsi qu’une demande de reconnaissance a été lancée par une proche de l’une des six fillettes survivantes mais que l’ambassade était en manque d’informations pour identifier les sœurs de Roclenge. Nous envoyons donc les photos et lettres que Sœurs Anne-Marie nous avait données pour illustrer notre travail.

20 janvier 2014 :

Nouspoursuivonsnotretravailet rencontrons notre promotrice.

20 mars 2014 :

Nous visitons l’écoleprimairede Roclenge avec la directricedel’ASBLdel’école, Denise Brassinne, afin de prendre quelques clichés des pièces dont nous a parlé Sœur Anne-Marie dans son témoignage. Ladernièrepartie de notretravail concernant lacommémorationd’unlieupeutdoucement être clôturée.

28 mars 2014 :

Notre travail est terminé. Nous devonslerendre à notre promotrice ainsi qu’à deux autres lecteurs afin qu’ils le corrigent et qu’ils le cotent.

19 avril 2014 :

Nous nous rendons à INFOREF pour convertir notre travail « papier » en e-book. Nous donnons donc des idées de mise en page à nos deux programmateurs Bastien et Soufiane qui s’occupent de la réalisation.

3 mai 2014 :

Nous recevons une invitation par la poste pour la cérémonie de reconnaissance comme Juste parmi les Nations de la communauté de Sœurs de Roclenge. On nous annonce également que nos documents ont contribué à leur identification et que nous aurons l’occasion de rencontrer l’une des six survivantes lors de la cérémonie.

21 mai 2014 :

Un journaliste de Bel RTL vient nous interviewer suite à la fusillade au musée juif à Bruxelles. Nous répondons donc à ses questions. L’entretien est diffusé le lendemain matin au flash info.

23 mai 2014 :

Oriane et moi présentons notre e-book devant 200 personnes dans le cadre de la présentation officielle des différents projets e-book passeurs de mémoire. Ceci se déroule au collège Saint-Servais et 11 autres e-books sont présentés. Le professeur Marcel Frydman ainsi que d’autres professeurs universitaires sont présent dans la salle. Madame Brassinne nous fait également l’honneur de participer à cette rencontre.

27 mai 2014 :

C’est le jour de la reconnaissance des Sœurs de Roclenge. Oriane et moi nous nous rendons à l’Université de Liège où la cérémonie a lieu. Nous rencontrons Erika Fuld, l’une fillettes juives cachées. Elle vit aux États-Unis depuis la fin de la guerre et s’est déplacée avec sa famille pour assister à la cérémonie. Sœur Anne-Marie a également fait le déplacement. Deux petits-fils d’Augustine Emonnet (Mère Michael, supérieure de la communauté) étaient présents pour recevoir le diplôme et la médaille de Juste.

Après la cérémonie, Erika et sa famille ainsi que Sœur Anne-Marie et Madame Brassinne nous ont suivies jusqu’à l’école Saint Joseph de Roclenge pour une visite des lieux. Oriane et moi avons ainsi pu servir de traductrices puisqu’Erika ne parle plus le français.

Cette longue journée chargée en émotion s’est finalement clôturée autour d’un bon repas que nous avons pu partager tous ensemble.

28 mai 2014 :

Oriane et moi nous étions inscrites au concours Eustory de la Fondation Roi Baudouin et du Musée BELvue. Qui consistait à recueillir un témoignage historique belge de façon originale. Notre travail a été retenu pour la défense orale et nous nous sommes rendues à Bruxelles pour le. Tout s’est très bien passé et, en fin de journée, nous avons reçu le premier prix du concours dans la partie francophone.

25 juin 2014 :

C’est le jour de notre remise de diplôme. Le prix du TFE nous est décerné pour notre travail, et nous obtenons une cote finale de 85%.

Une chose est certaine : nous n’oublierons jamais ce travail scolaire qui a débouché sur une si belle aventure humaine.







 

retour